vendredi 20 juillet 2018
Fake news

L’art de répandre de fausses nouvelles

Les fausses nouvelles ont toujours existé
"Certains partis politiques et groupes de pression à travers le monde ont toujours essayé de se servir des médias et de la communication en diffusant de fausses nouvelles pour servir leur cause et faire pression sur l’opinion publique y compris par le mensonge ou l’invention pure et simple. La singularité aujourd’hui est que chacun peut être à l’origine de fausses nouvelles avec des moyens très simples et qu’elles se répandent de façon extrêmement rapide".

Contrer ces fausses nouvelles, c’est avoir des journalistes bien formés capables de vérifier les informations et faire en sorte que se développent des médias dont la raison d’être est de fonder leur action sur une vraie déontologie de l’information. Ces médias sur Internet ou traditionnels doivent acquérir une réputation de vérité et de responsabilité suffisante, gage de sérieux.

Lorsqu’il y a une rumeur, aussi absurde soit-elle, essayer de la démentir, c’est la faire enfler davantage. Pour répondre de façon positive à cela, il faut en avoir les moyens, or on assiste à une concentration de plus en plus grande des médias qui appartiennent à de grands groupes financiers, faisant peser des risques sur leur indépendance.

Il faudrait à terme que les lecteurs soient les pourvoyeur de fonds de médias, mais en attendant si on veut que subsiste une diversité, un pluralisme des médias, peut-être faudrait-il accroître la part d’aide de l’Etat. Les médias jouent un rôle essentiel en terme d’éducation et de culture, il n’y a pas de démocratie sans citoyens éclairés qui puissent avoir accès à des informations vérifiées. Cet investissement de l’Etat est une responsabilité citoyenne qu’il faut absolument assumer.

Aller vers le site de l'UPF ICI
Plus d'interviews > ICI