mercredi 26 septembre 2018
Kiosque

Des patients avides d’informations santé

Recherche, progrès thérapeutiques, médicaments, effets secondaires, prise en charge, parcours de soins … Les patients éprouvent le besoin de comprendre leur pathologie, leur traitement ainsi que leurs éventuels effets indésirables.Outre leur professionnel de santé, ils se tournent spontanément vers les médias, Internet et les réseaux sociaux pour combler leur manque d’information. Quant au grand public, il s’intéresse de plus en plus aux questions sur la santé et souhaite obtenir des réponses claires à ses questionnements.

Prendre du recul
Pour Philippe Denormandie, chirurgien à Garches (MNH), « la presse traite l’information santé de façon hétérogène, dans l’immédiateté, et cela s’est aggravé avec la reprise des informations sur les réseaux sociaux. Cela nécessite que les lecteurs prennent du recul afin de ne pas avoir le sentiment d’être trompés. » > Voir l'interview > ICI  

Des thématiques accrocheuses 
« Les médias cherchent souvent à avoir une accroche sur une thématique pour retenir l’attention du grand public. Les thématiques retenues sont donc les plus accrocheuses mais pas forcément les plus utiles en terme sociétal ou de santé publique », souligne le Dr Jacques Cheymol, pédiatre. > Voir l'interview > ICI

La répétition d’informations déjà diffusées
Un point de vue que partage globalement Marie-Paule Serre, Université Pierre et Marie Curie : « Aujourd’hui, l’information est traitée de manière très rapide. Les journalistes - comme beaucoup de professionnels - vont parfois trop vite en besogne et s’attachent à la répétition d’informations déjà diffusées auparavant. » > Voir l'interview > ICI

Donner la parole aux malades
Alors qu’attendent les Français en termes d’information santé ? Et les patients ? Pour Anne Buisson, directrice de la communication de l’Association François Aupetit (Afa), « les journalistes abordent certes les maladies mais sans témoigner de la réalité de ces pathologies. Nous gagnerons tous à aller plus loin dans la réalité de la maladie et des malades en leur donnant davantage la parole. » > Voir l'interview > ICI  

« Les Français veulent de l’information, pas du « croustillant » ! » observe Olivier Robichon, rédacteur en chef de Prescription Santé, interviewé par acteurs de santé Tv pour l’Observatoire de l’Information Santé. > Voir l'interview > ICI

Interviews réalisées en 2015 et 2017 par l’Observatoire de l’Information Santé soutenu par la Chaire Santé de Sciences Po et fondé par Stéphanie Chevrel, DG de l’agence RP santé Capital Image.