dimanche 27 septembre 2020
Médias

Fake news - Enseigner les techniques de manipulation du langage

À l’ère du tout numérique, tout un chacun peut produire et diffuser son information. Quels conseils donner aux personnes qui diffusent de l’information sur les réseaux sociaux ? Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv, reçoit Caroline Faillet, auteur du livre « Décoder l’information ».

Aujourd’hui, tout un chacun se sent journaliste, reporter, révélateur de scoop
Selon Caroline Faillet, « la première chose à faire avant de twitter est de vérifier l’information que l’on veut communiquer, mais ceux qui propagent les fake news recherchent avant tout des clics et une audience. On rencontre un réel problème de sensibilisation du public avec ces quelques leaders d’opinion qui cherchent à avoir leur heure de gloire, ce qui passe souvent par des contenus un peu racoleurs. L’enjeu se situe dans la formation des individus à toutes les sciences de la manipulation du langage - rhétorique, dialectique - qu’on n’enseigne plus en France depuis le début du XXème siècle. »  Caroline Faillet milite pour qu’on enseigne ces techniques de manipulation de façon à pouvoir détecter dans un tweet cette façon d’utiliser nos biais cognitifs pour tromper.

La bonne information doit être visible là où s’informent les internautes
« On ne peut passer son temps à fact-checker en permanence ce que nous lisons sur Internet pour détecter une fake news. Mon radar à fake news se met en alerte devant toute information générant des émotions propices au buzz : ce qui me touche, me scandalise, m’émeut ou me surprend, un titre racoleur avec des mots anxiogènes, une image ou une vidéo qui vont favoriser cette dimension émotionnelle. 
Les fact-checkeurs qui ont la connaissance, comme les sociétés savantes, permettent de lutter contre les fake news. Il faut aussi adapter l’arsenal de riposte, c’est-à-dire la présence digitale de ces acteurs - qui n’est pas un PDF enfoui au fin fond d’un site académique ou institutionnel que personne ne visite. C’est faire en sorte d’être visible là où s’informent les internautes. Enfin, il faut sensibiliser l’ensemble du public aux risques de manipulation et de désinformation. » 

Entretien avec Caroline Faillet, co-fondateur du cabinet Boléro, devenu en 2020 Opinion Act, mené par Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv, à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Décoder l’info – Comment décrypter les fake news » aux éditions Bréal.

En savoir plus : https://www.opinionact.com/ - https://www.observatoiredelinfosante.com/ - https://livre.fnac.com/a12616658/Caroline-Faillet-Decoder-l-info