lundi 26 octobre 2020
Kiosque

Une campagne inter-associative pour inciter les malades chroniques à retourner voir leur médecin

Télécharger le PDF

Poursuivre son traitement et consulter son médecin est primordial pour les 15 à 20 millions de malades chroniques en France. Au regard de l’enjeu de santé publique majeur que représente la reprise des soins pour ces personnes, cinq associations de patients et académiques invitent depuis le 11 juin les patients chroniques à retourner consulter au plus vite. La Fédération Française des Diabétiques, l’Alliance du Coeur, la Fondation de Recherche sur l’Hypertension artérielle (FRHTA), le Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO) et la Société Française de Santé Digitale (SFSD) ont ainsi lancé, le 11 juin, sous le hashtag #revoirsonmedecin, la campagne inter-associative : « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez- vous ».

Au préalable, une étude a été réalisée du 29 mai au 8 juin, par l’Institut B3TSI, auprès de 2 400 personnes atteintes de maladies chroniques. « Une étude instructive pour essayer de comprendre les différents comportements qu’ont pu avoir les patients pendant les périodes de confinement et de déconfinement », indique le professeur Xavier Girerd, Président de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension artérielle (FRHTA).

Une rupture catastrophique de la prise en charge des soins
« 20 millions de personnes sont atteintes de maladies cardio-métaboliques : maladies cardio-vasculaires, hypertension, obésité, diabète. Certains patients ont parfois même ces différentes pathologies associées. Les conséquences du confinement dû au Covid-19 ont entraîné pour un certain nombre d’entre eux atteints de maladies chroniques, une rupture de la prise en charge des soins. Nous craignons maintenant une vague importante de complications », alerte Jean-François Thébaut, Vice-président de la Fédération Française des Diabétiques.
Pour Anne-Sophie Joly, présidente du CNAO : « Le suivi médico-chirurgical des personnes obèses a été catastrophique pendant le confinement ! Le résultat est qu’aujourd’hui, les professionnels de santé observent dans leurs consultations l’arrivée de personnes qui présentent de plus en plus de complications médico-chirurgicales parce qu’elles n’ont pas consulté lors des premiers signes. Pour elles, il n’y avait pas d’urgence vitale, elles pensaient qu’elles n’étaient pas la priorité ! ».
Depuis le début de l’épidémie et pendant le confinement, 69 % des malades chroniques ont vu leur rendez-vous chez leur médecin généraliste ou chez leur spécialiste annulé ou différé. « Paradoxalement, 67 % des personnes atteintes d’une maladie chronique ont consulté un professionnel de santé, un taux qui grimpe à 72 % pour les personnes touchées par une maladie chronique en ALD et à 77 % pour les diabétiques. Si les personnes ont continué à gérer leur maladie chronique, elles l’ont fait avec plus ou moins de difficultés. La consultation en présentiel a beaucoup souffert et la télémédecine a été une alternative. Car même si les autorisations administratives étaient en place pour aller consulter, 37 % des patients ont renoncé à voir leur médecin pour éviter la propagation du virus », observe Xavier Girerd.

La téléconsultation a permis la continuité des soins
La téléconsultation a permis aux médecins et aux patients de garder un lien qui permettait de garantir la continuité des soins tout en les préservant d’une éventuelle contamination par le Covid-19. « Parmi les personnes touchées par une maladie chronique ayant consulté leur médecin généraliste durant le confinement, 24 % l’ont fait sous la forme d’une téléconsultation. Ce pourcentage est de 28 % pour celles qui ont consulté un spécialiste », précise Lina Williatte-Pellitteri, Vice-Présidente de la Société Française de Santé Digitale. « Pour les personnes touchées par une maladie chronique qui ont consulté leur médecin généraliste depuis le déconfinement, 11 % l’ont fait en téléconsultation. Pour celles qui ont consulté un spécialiste, ce taux est de 15 %, c’est plutôt une bonne nouvelle ! Cela montre que malgré la possibilité de pouvoir revoir physiquement leur médecin, les patients qui ont utilisé la téléconsultation font confiance à cette pratique ».

99 % des patients ont continué à suivre leur traitement
« Si les patients ont moins consulté leur médecin et ont fait plus de téléconsultation, ils ont continué à aller voir leur pharmacien (87 %) qui a été un acteur extrêmement dynamique tout au long de la période de confinement, proposant, par exemple, la délivrance des médicaments au domicile des patients qui ne pouvaient ou n’osaient pas se déplacer. 99 % d’entre eux ont ainsi continué à prendre leur traitement, évitant une rupture des soins, ce qui est un grand soulagement pour nous, médecins ! », souligne Xavier Girerd. « Les patients chroniques ont finalement fait des choix d’une grande sagesse : ils ont continué leur traitement, ont tout fait pour ne pas être en rupture et ont réorganisé leur prise en charge pour pouvoir garder un contact avec leurs professionnels de santé ».

Mais 41 % n’ont pas encore retrouvé le chemin des cabinets médicaux
« Depuis la période de déconfinement et quelle que soit la région, 59% des malades chroniques sont revenus vers leur professionnel de santé. Un taux qui grimpe à 66% pour les malades chroniques en ALD. Ce chiffre nous a fortement interpellé. Il peut être vu comme le verre à moitié plein ou à moitié vide ! », ajoute Xavier Girerd. C’est bien là, tout le message de la campagne #revoirsonmedecin - « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez-vous ! » conçue par By Agency, relayée dans les médias par Lauma Communication, sur les réseaux sociaux par Acteurs de santé Tv et dans les cabinets médicaux grâce à IDS média.

Revoir son médecin, une priorité absolue !
Depuis la fin du confinement, 58 % des sondés n’ont pas réalisé de contrôle ou d’examen médical et 29 % ne sont toujours pas passés au stade du déconfinement. « Le déconfinement ne veut pas dire que l’épidémie a disparu, il faut rester prudent. Les patients les plus jeunes atteints de maladie chronique ont été les plus nombreux à ne pas se déconfiner », observe Xavier Girerd. « Un des objectifs aujourd’hui est que les patients reviennent vers une prise en charge en toute confiance ». « Qu’on soit diabétique, hypertendu ou obèse, avoir peur, ce n’est pas mettre toutes les chances de son côté ! Les maladies cardiaques sont beaucoup trop dangereuses et bien plus mortelles que le Coronavirus. Il n’y a pas un instant d’hésitation à avoir, les patients doivent maintenant absolument retourner voir leur médecin en consultation ou en téléconsultation », souligne Jean- François Thébaut.
« La téléconsultation est un bel outil au service de la santé, elle permet comme cela a été démontré pendant cette période de garder un lien de confiance entre les médecins et les patients qui ne doivent plus hésiter à revoir leurs professionnels de santé, soit physiquement, soit de manière dématérialisée », appuie Lina Williatte-Pellitteri.
« Les personnes atteintes d’obésité doivent prendre soin d’elles, elles doivent aller consulter et peuvent le faire en toute sécurité sanitaire. Il s’agit d’une priorité absolue pour les médecins et pour les associations de patients. C’est un cri du coeur ! », conclut Anne-Sophie Joly.

En savoir plus sur la campagne
#revoirsonmedecin : https://www.facebook.com/revoirsonmedecin

Autres interviews vidéo :
https://www.acteursdesante.fr/
La campagne #revoirsonmedecin a reçu le soutien de Medtronic qui n’est pas intervenu dans le contenu éditorial.